Comment lire plus de 50 livres par an

 
 
comment lire plus

Bibliothèque municipale de Stuttgart. Conçu par Eun Young Yi Architekten. Photographié par Felix Löchner.

[Mise à jour : Le nombre de livres que je lis chaque année s’apparente maintenant plus à 100 qu’à 50].

Il est une heure du matin quand Bill rentre enfin dans sa chambre d’hôtel. 16 heures de travail viennent d’être abattues. La même quantité de travail l’attend le lendemain dès 6h.

Il se déshabille, enfile son pyjama et se lave les dents. Au lieu de se coucher, il prend le livre sur sa table de chevet et initie son heure de lecture quotidienne. Il est 2h quand il éteint sa lumière. C’est le quotidien de Bill Gates qui affirme lire une heure sans exception avant de se coucher. 1

Quand on demande à Elon Musk comment il a appris à construire des fusées, il répond : « Je lis des livres« .2

Au début de sa carrière, Warren Buffet lisait entre 600 à 1000 pages par jour. Il dévoue toujours 80% de ses journées à lire.3

Mark Cuban lit plus de 3 heures par jour.4

Les points communs entre ses hommes ? Un compte en banque à 10 chiffres, une expertise dans leur domaine et une passion pour la lecture.

Il est difficile de ne pas rapprocher leur efficacité avec cette habitude. Cela devient impossible quand on lit les lignes suivantes :

Quelqu’un a un jour demandé à Buffett la clé du succès. Il pointa une pile de livres et expliqua : « Lisez 500 pages comme celle-ci chaque jour. C’est comme ça que la connaissance fonctionne. Elle s’accumule, comme les intérêts composés. Tout le monde peut le faire, mais je vous garantis que très peu le feront. » (Repris et traduit de USA Today 5

 

 

Une habitude en or

Lire est l’une des habitudes les plus rentables : elle est gratuite, elle peut nous former dans tous les domaines et elle améliore même notre cognition. 6

À première vue, elle paraît difficile à implémenter dans un quotidien où le temps semble toujours insuffisant. Mais alors, comment font des sommités comme Buffett pour lui consacrer un temps aussi important ? Il n’y a que deux explications plausibles :

  1. Leur journée va au-delà des 24h ;
  2. Ils s’organisent différemment.

J’opte pour la seconde.

Selon Thomas Corley, auteur de “Rich Habits“, 86% des personnes riches adorent lire. 88% de celles-ci affirment lire sur le développement personnel au moins 30 minutes par jour. 

 

Mon expérience

Je lis en moyenne 50 livres par année.

Je ne suis pas le propriétaire d’une entreprise au chiffre d’affaires mirobolant – mon emploi du temps est proche du vôtre. Mais j’ai toujours gardé cette habitude, même quand je faisais deux Bachelors en même temps. 

 

Je souhaite partager avec vous les outils que j’utilise pour atteindre ce nombre chaque année. 

 

Savoir pourquoi on lit

Lire sans avoir un but derrière revient à cuisiner sans avoir faim.

Warren Buffet lit des textes qui lui permettent de mieux investir. Lire l’intégrale du Seigneur des anneaux ne lui sera pas d’une grande utilité, mais le sera pour un écrivain de fantaisie.

Avant de me jeter sur le moindre livre qui me tombe dessus, je me fixe un objectif. La lecture me permettra de l’atteindre de manière plus efficiente.

L’exploration peut être un objectif. Dans ce cas, je lis des ouvrages traitant de sujets qui me sont éloignés. L’inspiration peut se cacher à des endroits inhabituels. 

 

 

Préparer ses lectures

L’entre-deux livres est un gouffre dangereux.

On vient de terminer son livre. En commencer un autre risque d’altérer son délicieux arrière-goût. Plusieurs jours, parfois plusieurs semaines peuvent passer sans qu’on initie un nouveau livre.

Pour éviter de stagner dans ce limbe nostalgique, je prépare ma liste de lecture.

J’ai un fichier Evernote où je mets le nom d’un livre qui a suscité mon intérêt : un auteur que j’apprécie, une recommandation ou un titre qui m’a accroché.

Pour étoffer ma liste, une de mes premières questions lors d’une nouvelle rencontre est de demander quels sont ses livres préférés. Je passe aussi du temps à lire les quatrièmes de couvertures ou encore à éplucher les listes de lectures recommandées dans les domaines qui m’intéressent.

Je commande les livres à l’avance et les stocke dans ma liseuse-électronique. Cette habitude a deux avantages :

  1. J’évite la période de recherche en la condensant en un bloc ;
  2. Je m’empresse de terminer le bouquin que je lis pour m’attaquer au suivant.

Cette simple pratique m’a permis de doubler mon nombre de livre lu par année. 

 

Se fixer un objectif

 Comme pour tout, définir un objectif mesurable permettra de mieux l’atteindre.

Le titre de mon article utilise le nombre 50. C’est le but que je me fixe. Le vôtre peut être tout autre.

D’après mon expérience, je vous conseille de fixer un objectif qui vous pousse à vous dépasser. Si 20 vous semble raisonnable, visez 25. Le sentiment de défi sera une source d’énergie supplémentaire. Faites toutefois attention de ne pas placer la barre trop haute. 

 

Apprendre la lecture efficiente

Il est possible d’augmenter sa vitesse de lecture tout en gardant le même niveau de compréhension et de mémorisation. J’ai triplé la mienne en un an.

Je place toutefois l’efficience au-dessus de la vitesse. Cela signifie savoir quoi, comment et quand lire.

Les points précédents ont répondu au quoi. Par comment, j’entends le fait d’extraire le contenu qui nous est pertinent. Voici quelques généralisations :

  • Les préfaces et postfaces sont rarement utiles. Elles sont écrites par d’autres auteurs soucieux de mettre en avant le livre et leur écriture.
  • Tous les chapitres ne sont pas nécessaires. Par exemple, lire les chapitres où Zig Ziglar explique pourquoi le sexe avant le mariage est un pêché n’augmentera pas vos ventes.
  • Les introductions permettent de sélectionner préalablement les chapitres essentiels.
  • Les conclusions résument les contenus clés de l’ouvrage. Les lire vous assure de ne pas en manquer.

Quant au timing, je lui accorde une place de choix. Nous ne pouvons pas retenir toutes les informations. Les inscrire dans un cahier permet de les retrouver plus rapidement, bien qu’il faille se souvenir de les avoir notés.

C’est pour cela que je préfère lire un livre quand son utilité est liée à l’objectif en cours. Je ne vais pas attaquer un livre sur le jardinage si l’hiver approche. 

 

 

Définir un minimum quotidien

Ce qui importe, c’est la moyenne de pages lues. C’est elle qui vous indiquera si vous êtes sur la bonne voie. Lire un livre de 300 pages en un seul jour et faire une pause d’un mois donnera une moyenne de 10 pages par jour. À l’inverse, lire 30 pages par jour équivaudra à 900 pages par mois.

Certes, se vanter d’avoir lu un livre en un jour suscitera l’intérêt du public. Bien plus qu’affirmer lire 30 pages par jour. Il reste à savoir si l’on désire s’enorgueillir ou accroître ses connaissances.

Fixez-vous un minimum quotidien faisable. J’ai remarqué que le mien était 30 pages chaque matin. Cette habitude combinée aux autres points me permet d’atteindre 50 livres par an. Votre minimum peut être plus humble ou plus ambitieux. 

 

Avoir une routine quotidienne

Ma routine est de lire durant les 30 premières minutes de la journée. Celle de Bill Gates est de lire à la dernière heure.

Votre routine peut être différente.

Mais les premières ou dernières minutes de la journée sont particulièrement intéressantes. Elles permettent de se plonger dans une activité sans être dérangé. Je me lève 1h plus tôt que ma copine pour cette raison. 

 

Ecouter des audiobooks

Les audiobooks permettent de rentabiliser et de rendre agréable les nombreuses petites tâches de quotidien : Vaisselle, ménage, lessive, transport en commun, commissions, etc. En écoutant un audiobook à ces moments-là, je suis capable d’en écouter au minimum 4 par mois.

Je n’utilise personnellement qu’un seul service qui est selon moi le meilleur en terme de quantité d’offre et de qualité d’écoute : Audible. L’idéal est que vous pouvez tester ce service grâce à leur offre d’essai. Inscrivez-vous y simplement et profitez d’un crédit offert pour acquérir le livre de votre choix.

Élargir le cycle

Une routine peut avoir un cycle plus long que 24h : 4 heures tous les samedis matin, un week-end par mois ou encore 2 semaines par an.

Jeff Weiner, le PDG de LinkedIn, fixe dans son agenda des périodes allant de 30 à 90 minutes d’inactivité. Il en profite pour réfléchir, s’aérer ou lire.7

Bill Gates organise deux fois par année une semaine d’isolation pour « recharger sa pensée ». Il peut y lire une centaine d’articles.8

Ces périodes permettent de s’attaquer à des sujets nécessitant une réflexion longue et ininterrompue – où 30 minutes par jour ne suffiraient pas.

L’idéal est de combiner des routines aux diverses temporalités, comme Bill Gates. 

 

 

Boucher les trous

Toujours avoir un livre sur soi permet d’augmenter le nombre de pages lues par jour. Quelques pages dans une file d’attente, dans une salle d’attente, dans un bus, en attendant un retardataire…

Transfigurez l’attente en lecture. 

 

Investir dans une liseuse

Une liseuse-électronique m’apporte de nombreux avantages :

  • Elle se transporte facilement ;
  • Elle prend moins de place sur l’étagère ;
  • Elle me permet de stocker des milliers de livres – pour préparer mes lecture à l’avance.

Le Kindle Paperwhite est mon produit préféré. Il est bon marché, son écran est agréable et la liste de livres proposés est conséquente. 

 

Créer un journal de lecture

Ce conseil est en cours de test. Son efficacité reste à être prouvée.

J’ai transposé le conseil de mesurer et noter ses progrès sportifs à la lecture9. S’il permet d’améliorer les résultats de l’un, pourquoi ne ferait-il pas de même pour l’autre ? Les deux activités semblent requérir des qualités similaires.

Mon idée est d’avoir un journal où :

  • J’inscris chaque livre lu ;
  • Je l’évalue ;
  • Je résume ses points-clés.

Mon journal devient un recueil de synthèses, un motivateur et un trophée. 

 

 

Dernières pensées

Certains auteurs exhortent de lire un minimum de livres. Ils affirment qu’au lieu de lire 50 livres sur un domaine, il ne faut sélectionner que les meilleurs. Cette petite quantité permettrait de mieux absorber les contenus et gagner du temps.

Cette pratique me paraît faussement efficiente. Qu’est-ce qu’un meilleur livre ?

  • Le titre de best-seller n’est pas gage de qualité.
  • Un livre médiocre pourra marquer à cause d’un détail.
  • Ce n’est peut-être qu’après 5 livres sur un sujet qu’un déclic s’opérera .
  • Un livre populaire donnera les résultats de la moyenne, pas ceux des meilleurs.
  • La lecture n’a pas l’unique fonction d’amasser des connaissances pratiques. Elle ouvre l’esprit à de nouvelles perspectives.

Il ne faut pas oublier qu’au-delà de tout…

« La lecture est une amitié » – Marcel Proust

Faisons-en sorte de l’entretenir. 

 

Références

1 http://www.lifehack.org/articles/productivity/6-habits-highly-successful-people-before-bedtime.html

2 http://www.lifehack.org/330326/12-books-that-influenced-elon-musk

3 http://uk.businessinsider.com/warren-buffett-favorite-business-books-2014-8?r=US&IR=T

4 http://observer.com/2016/04/the-reading-habits-of-ultra-successful-people/

5 http://www.usatoday.com/story/money/personalfinance/2014/08/24/peculiar-habits-of-successful-people/14447531/

http://www.dailymail.co.uk/health/article-2355212/Reading-help-save-memory-It-slows-decline-brain-power-say-scientists.html

7 https://www.linkedin.com/pulse/20130403215758-22330283-the-importance-of-scheduling-nothing

8 http://lifehacker.com/5670380/the-power-of-time-off

9 https://www.nerdfitness.com/blog/2011/07/07/how-to-track-progress/

 

Click Here to Leave a Comment Below

Marine

Salut Christopher,

c’est clair que lire est une bonne habitude, après, tout dépend de ce qu’on lit.

Chapeau de lire 50 livres par an, ça fait presque 1 par semaine quoi. De mon côté, j’en suis loin je pense, je ne compte pas en fait.

Généralement, je lis un livre type roman/biographie, en parallèle un livre de non-fiction (dev perso, économie, etc.) et un magazine économique. Le moment où je lis le premier n’est pas le même que celui où je lis le second par exemple, le lieu non plus.

En tous les cas, j’enchaîne, je fais en sorte d’avoir des livres d’avance des 2 sortes, sinon j’ai remarqué que je me sens un peu mal de pas en avoir d’avance. Je n’aime pas rester sans livre à lire.

Globalement comme tu le sais (on en avait parlé via un autre article) je privilégie le livre papier au livre électronique. Ce dernier est toutefois bien pratique pour lire des ouvrages tombés dans le domaine public (gratuit) ou bien moins chers que la version papier.

Tout comme toi, je prends des notes, c’est une habitude que j’ai prise l’année dernière, c’est bien pratique.

« Certes, se vanter d’avoir lu un livre en un jour suscitera l’intérêt du public. Bien plus qu’affirmer lire 30 pages par jour. Il reste à savoir si l’on désire s’enorgueillir ou accroître ses connaissances. »

Excellent, tellement vrai 🙂 Selon le livre je vais plus partir sur un nombre de pages approximatif ou une heure de fin, et je fais en sorte de couper au niveau d’un chapitre ou paragraphe. Je lis principalement le soir, un peu le matin, ça dépend.

« Toujours avoir un livre sur soi permet d’augmenter le nombre de pages lues par jour. Quelques pages dans une file d’attente, dans une salle d’attente, dans un bus, en attendant un retardataire… »

Pour ça, le livre électronique est bien plus pratique que le livre papier, j’ai la version de base du Kindle, que j’ai pris l’année dernière en promo.

Clairement lire uniquement « les meilleurs livres » c’est totalement subjectif, chacun ses goûts. Certains parleront à peu, d’autres à beaucoup.

« Ce n’est peut-être qu’après 5 livres sur un sujet qu’un déclic s’opérera »

ça fonctionne pour beaucoup de choses, une question de répétition je pense, et de trucs dits/écrits de façon différente qui font que le cerveau va percuter à un moment donné. Entre se dire « c’est bien » intellectuellement et ressentir le truc physiquement, il y a pour moi une différence.

Tu fais en sorte de lire plein d’ouvrages différents (multiples sujets) ou tu as des thèmes de prédilection ?

Merci pour cet article, bonne fin de semaine à toi 🙂

Reply
    Christopher Lieberherr

    Hello Marine !

    J’ai remarqué que lire plusieurs livre à la fois ralentissez ma vitesse de lecture – à l’inverse d’en lire un à la fois. Mais cela peut m’être intrinsèque.

    « Tu fais en sorte de lire plein d’ouvrages différents (multiples sujets) ou tu as des thèmes de prédilection ? »

    J’agis par phase. Quand un sujet m’intéresse – améliorer sa plume par exemple – j’ai tendance à lire de nombreux bouquins sur le sujet. Idem pour un auteur.

    Quand aucun sujet ou auteur ne m’a accroché, je pars dans une phase exploratoire où je lis des contenus qui ne m’attire pas à première vue. Je m’ouvre ainsi à de nouveaux horizons. Mais cette situation est rare. Quand on lit un livre informatif, l’auteur à tendance à citer d’autres livres. Ces derniers s’ajoutent alors dans notre liste de lecture.

    A bientôt !

    Christopher

    Reply
      Marine

      Hello Christopher,

      ah j’ai pas remarqué de différence de vitesse de lecture, bon si en fait entre un livre en français et un livre en anglais, je lis moins vite dans cette langue.

      En fait la dernière chose que je lis avant de me coucher, je fais en sorte que ce ne soit pas un truc qui risque de me faire cogiter la nuit, pour ne pas perturber mon sommeil, donc à ce moment-là, des trucs qui ne sont pas prises de choux, plutôt roman/biographie.

      C’est intéressant moi je fais le contraire, j’essaye de varier pour ne pas tomber dans de grosses phases d’un même sujet, pour que ça « mûrisse » dans mon cerveau, du coup ça peut faire régulièrement des rappel, mettre en corrélation d’autres lectures qui a priori ne sont pas forcément liées.

      Belle fin de semaine:)

      Reply
        Christopher Lieberherr

        Hello Marine,

        A chacun sa méthode je pense 🙂 Si ça fonctionne pour toi, c’est le plus important !

        Bonne semaine !

        Reply
Christian

C’est un article intéressant qui parle de la lecture comme un outil toujours disponible et permettant de servir une ambition.

Reply
    Christopher Lieberherr

    Merci pour votre commentaire. Votre message résume bien la nature de l’article.

    Reply
david

Merci pour cet article intéressant.
Lire me semble vital, c’est formidable de pouvoir absorber une partie du cerveau de l’auteur, de son vivant ou parfois mort depuis des siècles!
Je vais m’inspirer de tes conseils et me challenger pour augmenter mon nombre de pages lues par jour. 😉

Reply
    Christopher Lieberherr

    Hello David,

    Merci pour ton message. C’est vrai que c’est un privilège énorme que de pouvoir connaître les pensées d’un personnage mort depuis plusieurs siècles.

    Reply
Cédric ponçage marbre

es ce que lire des blogs compte ?
et bien non, car on s’éparpille et internet et chronophage
de plus la qualité des blogs est bien inférieure à celle d’un livre qui affutera votre expertise.
Je pense que c’est cette démarche qu’utilise les riches.
vous venez de m’ouvrir les yeux sur le fait qu’internet que je considérais comme enrichissant et en fait chronophage et nous éparpille.
par contre on a quand même une quantité de connaissance phénoménale sur le net, mais très mal optimisé par chacun finalement.

Reply
    Christopher Lieberherr

    Sur le fond je suis d’accord avec vous. Il y a ensuite de très bon blog dont j’apprécie lire leur post. J’extrait souvent l’article via Evernote pour le lire hors-ligne. Cela m’évite la tentation de me disperser.

    Reply
jacques

Bonjour.Un traitement médical de long-terme peut-il réduire les capacités cognitives d’attention et de mémorisation des lectures?
Si oui, la neuro-plasticité du cerveau permet-elle de récupérer ces facultés?

Reply
Sokoum Akloté

Tous mes remerciementsva vous chers auteurs. J’apprendré a lire a partir de vos conseils. Se son de simples paroles mais en realité elles sont secretes et tres educatives pour le marché de vente.

Reply
Leave a Reply: