Devoir ou vouloir vivre ?

Au cours de chacune de nos journées, nous avons toujours le choix entre vouloir et devoir. En effet, il est rare d’avoir une activité étant une pure obligation. Certaines fois, le résultat de cette tâche vous sera obligatoire, mais la manière de la faire sera variable.

Contrairement à la majorité de mes articles, je n’ai pas envie d’être théorique aujourd’hui. Ce texte sera donc la succession de deux exemples pour illustrer cette idée et surtout tenter de vous sensibiliser envers la différence entre devoir et vouloir.

Prenons des exemples simples de la vie quotidienne pour illustrer ce principe.

Est-ce que je dois faire à manger ou est-ce que je veux cuisiner ?

Se nourrir est obligatoire. Vous pouvez toujours essayer de vous en passer, mais je vous le déconseille fortement ! Nous pourrions donc facilement en déduire que manger est une nécessité. Ce qui est parfaitement correct.

Ce que je vous parle ici n’est pas une classification objective des actes quotidiens de la journée, mais du choix que vous avez de les percevoir autrement.

Devoir

Votre cuisine se transforme en une obligation supplémentaire.

Imaginons que vous voyez l’acte de manger comme une nécessité :

Vous rentrez du travail et il est tard… vous êtes fatigué, vous n’avez qu’une seule envie : vous coucher sur le canapé. pfff, il faut encore se faire à manger… vous prenez un paquet de pâte et faites bouillir l’eau et dégustez votre mets avec une sauce en bocal. Mince vous n’en avez plus… bon un peu de Ketchup fera l’affaire! Résultat des courses :

  • Temps : Environ 20 minutes de cuisine
  • Plaisir gustatif : entre 1/10 et 5/10, cela dépend du nombre successif de jours ou vous en avez déjà mangé.
  • Accomplissement personnel : 0/10
  • Sentiment de n’être qu’un automate et de subir la vie : 10/10

Imaginons cette fois-ci que vous envisagez l’acte de manger comme une expérience que vous voulez explorer.

Vous rentrez tard du travail… ENFIN ! Vous allez pouvoir cuisiner et explorer de nouvelles saveurs! Vous êtes fatigué… en effet… mais cet univers s’ouvrant à vous, ce sentiment de création vous enivre ! Ce n’est pas aujourd’hui que vous allez peut-être vous attaquer à un menu complexe, mais qu’importe! l’originalité ne demande pas forcément du temps ou des compétences !

Vous faites cuire vos spaghettis à l’encre de seiche avec des piments thaïlandais (tiens des pâtes noires… quel goût ça peut bien avoir ?!). Vous prenez 3 kiwis que vous coupez en rondelles et râpez du gingembre frais dessus comme dessert (drôle d’association que vous avez trouvé sur une énième application de cuisine en rentrant en bus chez vous).

Devoir

En plus, c’est beau un kiwi !

  • Temps : Environ 20 minutes… peut-être 25 si vous êtes très lent à couper les kiwis… mais vraiment très lent !
  • Plaisir gustatif : entre 1/10 et 10/10 vous venez peut-être de découvrir l’association de goût la plus incroyable de votre vie !!! peut-être la pire… mais au moins, vous le saurez maintenant!
  • Accomplissement personnel : 10/10 : Avec le même temps et la même énergie vous avez réussi à faire un voyage gustatif, une expérience unique mélangeant suspens et surprises rendant ainsi votre journée unique.
  • Sentiment d’être un automate : 0/0 : VOUS ?!?!? Le génie créatif qui vient de découvrir une recette pour surprendre (ou tuer) vos amis, votre chéri(e) ou vos enfants ?! Vous rigolez j’espère !

Est-ce que je dois me reposer ou est-ce que je veux me reposer, car je le mérite ?

Tout d’abord qu’est-ce que le repos ?

La définition la plus simple serait l’inverse du travail. Et pourtant! Combien de fois j’entends des gens crier au repos après avoir trop mangé ou avoir travaillé une petite matinée après 10 heures de sommeil ! Bon sang de bonsoir !

Il ne faut pas confondre repos et une bonne dose de flemmardise !

La réalité, c’est qu’on a bien moins souvent besoin de se reposer de ce que l’on croit. Pensez aux journées les plus surchargées que vous aillez eu, n’est-ce pas à ce moment-là de pure productivité que l’on fait le plus ? Maintenant, pensez à ces journées en vacances… n’étiez-vous pas fatigué de ne juste rien faire ? Incroyable non ? Plus on en fait plus on en fera. Est pourquoi ça ? Car le corps prouve simplement ce que l’esprit dicte. Si vous êtes persuadé que vous avez besoin de ce repos alors votre cerveau enverra comme information à votre corps qu’il doit être fatigué.

Donc, arrêtons maintenant de parler de devoir ou de nécessité de se reposer. C’est une excuse et une très mauvaise excuse ! Vous ne devez pas vous reposer vous le voulez ! Un point c’est tout. La preuve, nous pouvons dormir 1h30 par jour sans aucun problème. Pour plus d’informations, je vous invite à lire mon articles : le sommeil polyphasique : mon expérience.

Devoir

Non mais regardez-moi ce paresseux !

Attention, je ne dis pas que vous ne devez pas vous reposer. Je dis simplement que vous devez changer votre paradigme vis-à-vis de cette activité ou plutôt non-activité.

Si vous vous reposez en pensant fermement que c’est un choix dicté par votre volonté et non une obligation imposée par votre environnement (bouh, mon travail est si dur, ce monde est épuisant, ma santé est si fragile, etc.) vous profiterez pleinement de ce repos bien mérité. Vous remarquerez aussi que le temps nécessaire pour être à nouveau revigoré sera bien plus faible, car vous aurez vécu pleinement cette expérience sans vous remémorer les si grandes difficultés de votre vie.

Arrêtez donc d’avoir besoin. Vous êtes un être exceptionnel doté d’une grande intelligence et capable de tout. Si vous faites quelque chose, c’est que vous le voulez, et cela toujours. Vous n’êtes jamais dans l’obligation, si vous le ressentez ainsi c’est que vous voulez ressentir cette obligation.

Bon sang, relevez votre tête, soyez fort, soyez fier de vous !

Comme entraînement, vous pouvez répondre à ces questions :

  • Est-ce que je dois m’exercer ou est-ce que je veux améliorer mes performances ?
  • Est-ce que je dois parler à cette personne ou est-ce que je veux apprendre de nouvelles choses grâce à elle ?
  • Est-ce que je dois faire ce travail ou est-ce que je veux faire quelque chose de ma vie ?
  • Est-ce que je dois payer ces factures ou est-ce que je veux m’en débarrasser ?
  • Est-ce que je dois étudier ou est-ce que je veux accroître mes connaissances ?

La réalité est que nous avons un pouvoir infini sur notre propre vie. Et même si certaines expériences nous semblent être imposées par notre environnement, nous avons le choix de les vivre de la manière et de l’intensité désirée. Il en est de même pour nos relations amicales et amoureuses (pour cela, je vous invite à lire mon article : Un pas vers la polymoralité). Seul notre esprit choisi de devoir ou de vouloir, personne d’autre.

Ce pouvoir est selon moi la plus grande des richesses.

Click Here to Leave a Comment Below

les images 2 Renata

Tres bien Christophe!
Tu vois, « moi » je vais te laisser un commentaire parce que ce n’est pas un devoir mais un plaisir!!!
Hé oui, c’est si simple que cela!
Juste une question de perspective, à moitié plein ou à moitié vide?
Mais souvent les gens disent je dois travailler, je dois ceci cela, je dois etc
J’ai déjà essayé de convaincre certaines personnes que on DOIT (ici c’est permis) faire les choses par plaisir.
A bientot
Renata

Reply
    Christopher Lieberherr

    Hello Renata,

    Merci pour ton commentaire. Cela fait plaisir de savoir que personne ne t’oblige à commenter mon blog. J’avais pourtant engagé quelques hommes de main pour pousser gentiment les gens à commenter…

    En effet, la métaphore du verre à moitié plein ou à moitié vide peut être utilisé pour illustrer cet article.

    A bientôt !

    Christopher

    Reply
Chantal P

Au secours ! je suis poursuivie par les hommes de main… (lire la réponse à Renata sinon vous ne pigerez rien haha) Tiens prends ça et encore prends ça, non mais qui c’est qui commande ici ? C’est moi ! Et moi je n’ai besoin de personne pour accomplir ce qu’il me plait de faire, c’est à dire commenter sur cet article d’un Christopher que j’apprécie de plus en plus. Comme je le dis dans mes cours : Change de lunettes, tu verras différemment !
Sur ce, je m’en vais, pour mon plaisir écouter une émission de variétés qui va ravir mes oreilles, mes émotions si les chansons sont bien interprétées et me faire passer une belle soirée ! A bientôt,

Reply
    Christopher Lieberherr

    Bon, c’est vraiment des incompétents ces hommes de main… Je vais m’en débarrasser. Des hommes de main à me conseiller pour se débarrasser d’hommes de main ? Bref…

    J’aime bien ta métaphore. L’image est tellement évidente qu’elle en est percutante.

    Bonne émission de variétés 🙂

    A bientôt !

    Reply
Eliane

Bonjour Christopher,

Cela fait vraiment peu de temps que je travaille sur ma perception de voir et faire les choses. Comme mon rêve le plus fou, c’est de vivre pleinement le moment présent le « ICI et MAINTENANT »… Je me rends compte qu’il est essentiel de travailler sur le plaisir de faire tout simplement ce que l’on doit-veut faire. Pour moi, c’est encore une notion à développer. Mais j’ai beaucoup aimé ton exemple de la préparation du repas.
Merci pour ces réflexions.
A+ Eliane

Reply
    Christopher Lieberherr

    Bonjour Eliane,

    Est-ce que tu connais les livres de Eckhart Tolle ? Personnellement, je trouve que c’est un des auteurs les plus pertinents concernant la notion de vivre le moment présent.

    Merci pour ton message et à bientôt !

    Christopher

    Reply
Paul

Un article très intelligent, très différent et qui fait réfléchir, Christopher ! Comme d’habitude quoi !

Tes hommes de mains sont vraiment inefficaces, ils sont définitivement silencieux et discrets (cf. commentaires de Chantal et Renata ci-dessus) 😉 .

Mais la décision et l’habitude quotidiennes de commenter sont si puissantes que tu peux sans autres les mettre au chômage (private joke).

Je ne m’arrêterai pas à cette blague.

Je souhaiterai te dire que je suis entièrement d’accord avec toi : tout est question de perception dans la vie.

Comme on dit, on ne choisit peut-être pas tojours ce qui nous arrive (encore que…), mais on a toujours le choix de notre réaction à ce qui survient dans notre vie.

On peut se poser en victime passive ou en personne active ! On peut déplorer l’expérience ou en tirer une leçon. On peut stagner et se plaindre…

…ou on peut progresser et remercier la vie de cette « tuile » qui nous est arrivée, mais qui nous a permis de bénéficier d’une plus grande conscience.

Ce qui est passé est passé…se larmoyer à ce sujet n’y changera rien. La question à se poser en chaque circonstance : comment puis-je tirer profit au mieux de cette situation (ton exemple de spaghetti en est une excellente illustration).

Enfin…selon des expériences de physique quantique, il a été prouvé que l’expérimentateur influence le résultat de son expérience par le simple fait de l’observer.

De ces constatations ainsi que selon certaines théories, il en a été déduit par certains que la réalité n’existe pas. Ou plutôt elle existe parce que nous l’observons. En d’autres termes, notre perception créerait la réalité.

Cela rejoint la conception métaphysique de ce sujet : la loi d’attraction, soit la loi universelle et naturelle selon laquelle on attire à soi et crée dans sa vie ce à quoi l’on pense.

Si cette loi semble absurde et déraisonnable à certains, j’ai publié un article à ce sujet, dans lequel plusieurs personnes célèbres expliquent qu’elles croient en la loi d’attraction et qu’elle est une des causes principales de leurs réussites extraordinaires.

Ont-ils pour autant raison ? Il n’est pas possible de le prouver scientifiquement en l’état. Mais leurs résultats parlent certainement d’eux-mêmes…

Voici le lien vers l’article en question : http://secretsdusucces.com/la-loi-dattraction-secret-du-succes-extraordinaire-de-plusieurs-celebrites/

Reply
    Christopher Lieberherr

    Hello Paul et merci pour ton commentaire très intéressant (comme toujours).

    En parlant d’observateur qui influe sur l’expérience, je me rappelle d’une expérience concernant la mante religieuse. On a toujours cru qu’elle mangeait son mari après le coït. En fait, dans la nature, le mâle prend la fuite après l’acte et la femelle mange tout ce qui lui tombe dessus. Un besoin biologique après la fécondation.

    Etant donné qu’on observait l’acte de reproduction de cette espèce dans un milieu fermé, le mâle ne pouvait pas fuir. Il « décidait » donc de se sacrifier pour nourrir la femelle et ainsi sa progéniture…

    Merci encore et à bientôt !

    Reply
Comment surmonter un échec - Speedevelopment

[…] Vous avez eu le courage d’aborder une personne, armé de ce courage, il n’y a que le temps qui vous sépare de l’amour de votre vie. Pour plus de détail, vous pouvez lire mon article : Devoir ou vouloir vivre ? […]

Reply
lalie

Hallo,

c’est trop cool ton article et tellement vrai…Well done!

Et tu sais quoi, je me trouve toujours quelque part dans presque tous ces articles et cela est fou hihihi.

Est-ce-que je dois préparer à manger ou je veux cuisiner pour faire plaisir?

Je suis entre les deux…Sincèrement, c’est rare qu’il m’arrive de vouloir cuisiner car de un, cela n’a jamais été ma passion,de deux, j’ai peur de n’être pas à la hauteur et de trois, on me critique souvent et le pire c’est que je reconnais avoir mal cuisiné.

Alors i take and make it easy : j’ai acheté un petit tableau et j’écris le menu dessus comme cela, il n’y aura pas de surprise et cela me motive un peu hihihi.

Pour moi; on doit vivre(la vie telle qu’elle est) car il y a dans la vie certaines règles à respecter et on est tous au dessous de la loi.
Alors, on doit respecter ces disciplines si l’on veut ou pas et c’est cette obligation que je trouve intéressant dans notre vie.

Si on veut vivre?
je veux vivre à ma manière tout en essayant de respecter les règles de la vie.

Quelqu’un qui ne veut plus vivre est pour moi celui qui n’a plus de but, de rêve dans sa vie.

À la prochaine!

lalie

Reply
    Christopher Lieberherr

    Hello,

    Alors je vais te dire un scoop : je détestais cuisiner. Mais littéralement ! Pâtes avec sauces industrielles était mon menu quotidien.

    Et ensuite je me suis rendu compte de quelque chose : j’allais devoir manger jusqu’à ma mort (incroyable non ? 😛 )

    Alors, j’avais le choix entre subir et accepter que ce n’était pas dans mon intérêt ou changer mon paradigme. J’ai changé mon paradigme et comment ?

    En lisant pleins de bouquins sur la cuisine (four hour chef je te le conseille fortement), en regardant pleins d’émissions sur le sujet (top chef quand tu nous prends) et en regardant aussi pleins de vidéo sur diverses techniques, etc.

    Est-ce que j’ai raté des plats ? ohhh que oui ! et plus d’un. Mais à chaque échec, je ne me disais pas que j’étais nul en cuisine, que ce n’était pas mon truc, je me disais juste que j’avais trouvé un moyen de rendre cette recette, ces ingrédient mauvais. Maintenant, il ne me restait plus qu’à savoir comment faire pour les rendre bons 🙂

    Ne te dis jamais que quelque chose n’est pas ta passion. On l’affirmant, tu es sûr que cette activité ne le sera jamais. Laisse-toi la possibilité de changer de goût, d’évoluer.

    Qu’est-ce que ça veut dire au juste ne pas être à la hauteur ?! Tu n’es pas à la hauteur parce que tu as mis un peu trop de sel ? Réellement ?! C’est possible de louper complètement un repas, bah voilà c’est loupé. Mais cela n’a rien à voir avec ta nature 🙂

    N’accepte pas les critiques inutiles. Si on te dit : « c’est mauvais parce que… » okay, tu tentes de comprendre et tu rectifie pour la prochaine fois. Mais de simples dénigrements stériles, eux, tu les jettes à la poubelle car ils sont autant utiles qu’une paires de chaussettes trouées.

    Ne lis pas cela sur un ton autoritaire mais plutôt amical, cela est bien sûr seulement mon avis. A part pour le point concernant être à la hauteur. Là non, tu ne dois jamais au grand jamais avoir peur de ne pas être à la hauteur.

    A bientôt 🙂

    Reply
lalie

Bonjour Christopher,

non , je lis toujours sur un ton amical, pas de soucis.
C’est bien que tu as réussi à être passionné de cuisine…je suis contente pour toi!

Eh oui, c’est la réalité et la vérité qu’on doit se nourrir jusqu’à notre mort.

Pour les plats quotidiens, je peux dire que je me débrouille pas mal mais quand on va recevoir des invités, il me faut toujours goûter à l’avance si c’est bon ou pas mais il m’arrive quand même de les préparer spontanément mais j’avoue qu’il y a toujours une insatisfaction même si j’ai cru faire de mon mieux.
Ce qui me passionne, c’est de donner une esthétique à mes plats…mais c’est le goût qui compte je pense.

Mon mari m’a déjà envoyé suivre des cours de cuisine mais cela ne m’a pas du tout impressionné.
Honnêtement, je ne suis pas une passionnée de cuisine mais quand je veux, je peux réaliser des très bon plats.

Je serais très impressionnée si un jour, la cuisine devient ma passion.

Je dis à mon mari qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie…une femme qui cuisine très bien, qui est passionnée de ménage, qui est une bonne mère et une bonne femme, qui se fait toujours belle, qui sait coudre, qui obéit toujours à son mari…non non non personne n’est parfaite.
En plaisantant, je lui dis que si c’est la femme de ses rêves, il s’est trompé de planète hi hi hi. ..Au paradis, cela existe mais là bas il n’aura plus besoin de femme.

Je suis contente de ses compliments des fois quand je cuisine bien.

Et voilà, la vie est belle mais pas tous les jours.

Bon dimanche et bon appétit!

Lalie

Reply
    Christopher Lieberherr

    « Mon mari m’a déjà envoyé suivre des cours de cuisine mais cela ne m’a pas du tout impressionné. »

    Alors j’abandonne 😛

    « Je serais très impressionnée si un jour, la cuisine devient ma passion. »

    Mais on ne sait jamais 😉

    « Je dis à mon mari qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie…une femme qui cuisine très bien, qui est passionnée de ménage, qui est une bonne mère et une bonne femme, qui se fait toujours belle, qui sait coudre, qui obéit toujours à son mari…non non non personne n’est parfaite. »

    Je ne pense pas que ce sont des qualités intrinsèques à la femme parfaite, en tout cas pour moi 🙂

    A très bientôt 🙂

    Christopher

    Reply
La technique Pomodoro ou la puissance de la tomate

[…] Vous pouvez simplement prendre votre to-do list et choisir une activité ou encore en sélectionner une d’un autre système d’organisation. Si vous n’avez pas de système (c’est pas bien ça…) prenez simplement une feuille de papier et un crayon, un logiciel de prise de note ou encore l’add-on gratuit pour google chrome « momentum » et écrivez ce que vous voulez faire aujourd’hui comme tâche importante. J’ai bien utilisé le verbe « vouloir » et non « devoir » pour une bonne raison. Je ne vais pas m’attarder sur le sujet, mais vous pouvez lire mon article « devoir ou vouloir vivre ? ». […]

Reply
Leave a Reply: