Sommeil polyphasique FAQ

Le sommeil polyphasique

My bed de Tracey Emin

 

J’ai remarqué que les mêmes questions sur le sommeil polyphasique étaient soulevées de nombreuses fois ; que ce soit à travers le groupe Facebook, dans les commentaires sur mon blog ou par email. Ce bref article est une tentative de simplification autant du côté du questionneur que du mien (ou toute autre personne se sentant apte à répondre).

Puis-je consommer de la caféine ?

Non, la caféine rendra votre sommeil durant la sieste plus superficiel. Vous risquez d’accumuler une fatigue qui se révélera peut-être après plusieurs jours.

Il est recommandé d’éviter toutes boissons contenant des substances excitantes. Par exemple, café, thé, guarana, matcha, etc. Par « éviter », j’entends 0 millilitre par jour.

Puis-je fumer ?

Je le déconseillerais fortement. La nicotine est un excitant et de plus, le fait de fumer fatiguerait inutilement votre corps.

Puis-je boire de l’alcool ?

L’alcool perturbe le sommeil. En état d’ébriété, vous serez incapable d’avoir une sieste réparatrice. Je conseillerais une abstinence totale quant à d’autres affirment pouvoir boire un verre de vin. A vous de tester.

Puis-je avoir des relations sexuelles ?

Sans aucun problème. Évitez toutefois que cela ne tombe sur une de vos siestes.

Puis-je manger beaucoup, très gras ou très sucré ?

Une consommation inhabituelle de nourriture entraînera une ou des siestes moins performantes, le tout résultant à une fatigue plus ou moins tardive. Idéalement, c’est à éviter. Si c’est une exception, vous devrez accepter une fatigue post-orgiaque.

Puis-je pratiquer le sommeil polyphasique en étant obèse ?

Étant donné que votre alimentation est probablement déjà trop abondante, trop grasse et/ou trop sucrée, votre corps n’aura pas l’énergie d’endurer un rythme intense tel que le sommeil polyphasique. Je le déconseillerais fortement.

Puis-je pratiquer le sommeil polyphasique tout en étant un sportif d’élite ?

Le rythme polyphasique est très fragile. Il semble adapté à une hygiène de vie « classique » et saine. Il est possible que les siestes ne soient pas suffisantes pour éliminer la fatigue générée par une pratique intense d’un sport. Il est toutefois possible et recommandé de pratiquer un sport quotidiennement tout en pratiquant le sommeil polyphasique.

Parfois je loupe/décale des siestes, est-ce grave ?

Oui. Si vous songez réellement à perdurer dans cette pratique, il est capital d’avoir une discipline inébranlable. En fonction de votre endurance à la fatigue, vous serez capable de survivre à un rythme non régulier pendant un certain temps. Mais soyez assuré qu’à un certain moment, votre corps craquera.

Je viens de faire un oversleep, que faire ?

Continuez à suivre votre programme diligemment. Même si votre prochaine sieste n’est que dans 10 minutes, faites-la tout de même. Il ne faut surtout pas dérégler encore plus votre horloge interne.

Je suis fatigué, que se passe-t-il ?

Voici quelques raisons possibles derrière votre fatigue :

  • Mauvais suivi du programme
  • Mauvaise hygiène de vie : fumée, alcool, excitant, nourriture trop grasse ou trop sucrée, trop ou pas assez d’exercice, etc.
  • Le programme ne vous convient pas
  • Le sommeil polyphasique n’est pas fait pour vous
  • Maladie ? Consultez un médecin.

Est-ce que le sommeil polyphasique est compatible avec le jeûne intermittent ?

Étant donné que le jeûne intermittent ne fatigue pas le corps, mais à l’inverse le revigore, il n’y a aucune contre-indication.

Est-ce que le sommeil polyphasique est compatible avec la douche froide ?

Oui. Et rien de mieux qu’une bonne douche froide après une sieste.

Puis-je rattraper une sieste loupée ?

Non. Tenez-vous-en à votre programme sans infliger à votre corps d’autres perturbations. La fatigue se dissipe après quelques siestes.

Quand dois-je manger ?

Idéalement, mangez peu est après chaque sieste. Évitez de manger avant, car la digestion rendra vos siestes plus superficielles.

Des conseils pour mieux passer la semaine d’adaptation ?

En voici 11 : http://speedevelopment.com/semaine-dadaptation-11-conseils/

Puis-je essayer un autre rythme de sommeil que ceux déjà proposés ?

Oui, mais sans aucune garantie que cela fonctionne. Je le déconseillerais fortement.

Comment faire avec un travail, ses études, son conjoint ou sa famille ?

Étudiez tout d’abord la situation avant de vous lancer dans l’aventure pour vous assurer qu’un tel rythme est envisageable. Ensuite, parlez-en avec les personnes clés pour savoir si elles vous soutiendront. Si ce n’est pas le cas, ne vous lancez pas dans une telle aventure.

Est-ce que le sommeil polyphasique influe sur le stress ?

Durant l’adaptation, vous manquerez de sommeil. Vous serez donc probablement plus stressé. Une fois adapté, la pratique n’aura pas d’impact particulier sur votre stress.

Puis-je me permettre des intra-siestes ?

Certains sont pour, d’autres contre. Je les déconseillerais sauf grande exception. Si vous en faites trop, votre corps s’y habituera et vous perdrez l’optimisation de votre sommeil.

Y a-t-il des marges quant aux heures de siestes ?

Les marges sont à éviter. C’est-à-dire qu’il est idéal de se coucher à la minute près. Cependant, une marge d’erreur de 15 minutes est tolérable pour les exceptions.

Est-ce que la pratique du sommeil polyphasique est pérenne ?

Impossible à dire. Les plus longues pratiques n’ont pas dépassé l’année et demie. D’un point de vue psychologique et social, le sommeil polyphasique semble fonctionner sur des périodes définies avec un objectif clair à atteindre.

Est-ce que le sommeil polyphasique est dangereux ?

A priori non. Le pire est que vous fassiez une nuit de 16 heures et que vous arrêtiez la pratique. Je déconseillerais cependant le sommeil polyphasique à toutes personnes souffrant d’une pathologie.

Durant la semaine d’adaptation, évitez à tout prix de conduire ou tout autres activités pouvant vous blesser ou nuire à d’autres personnes.

Est-ce que je vais faire des rêves lucides à chaque sieste ?

Non. Le sommeil polyphasique est un facilitateur, pas un déclencheur.

Comment savoir si je suis adapté ?

Vous rêvez durant vos siestes et vous vous sentez reposé après.

Je n’arrive pas à prendre mes siestes au même moment chaque jour, que faire ?

Ne pas pratiquer le sommeil polyphasique.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à les poster dans les commentaires. Je les intégrerai dans cet article.

Un dernier mot sur le sommeil polyphasique

Si vous êtes réellement intéressé par pratiquer le sommeil polyphasique, je vous conseille de rejoindre notre groupe Facebook. Les membres vous donnerons des conseils supplémentaires et pourront vous motiver suffisamment pour que vous puissiez réussir cet incroyable défi !

Je vous conseille aussi de lire mon article partageant mon expérience sur le sommeil polyphasique.


Mon pote Damien Fauché  a écrit un livre sur son expérience du sommeil polyphasique. Si vous êtes sérieusement intéressé par cette pratique, je ne peux que vous conseiller d’investir dans ce livre !

sommeil polyphasique

Anastasjas

excellent article je pratique depuis un mois et cela m’aide beaucoup car j’avais besoin de me dégager du temps comme je travaille le soir et j’étudie le jour. Je trouve cette méthode fantastique. Je palie mes moments de grande fatigue avec des exercice de respiration et des séance de méditation a éviter allonger…

Cordialement

Anastasjas Ringenwald

Reply
Anne O'nyme

Bonjour/Bonsoir, comment faire si l’on arrive pas à s’endormir durant une sieste?

Merci de répondre au plus vite.

Reply
Laisser un commentaire :